Le site de Radio Atlandes Autoroute utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio Atlandes Autoroute
107.7 Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
    twitter   |   Atlandes Autoroute
home|play ECOUTER|france TRAFIC|replay REPLAY|musique RETROUVER UN TITRE|micro LA RADIO|commentaire CONTACT
 
Accueil | Replay | Invités | Sur la Route Avec | Franck Dubosc en papa dépassé dans "10 Jours Sans Maman"
Sur la Route Avec

Franck Dubosc en papa dépassé dans « 10 Jours Sans Maman »

date 09/03/2020 - 15:54 | micro_reportage Charles Daudon
Franck Dubosc est à l'affiche de « 10 Jours Sans Maman », un film de Ludovic Bernard avec également Aure Atika, Alice David et Alexis Michalik. Le comédien fait la route avec nous sur le 107.7 au micro de Charles Daudon.
facebooktwitter
illustration de Franck Dubosc en papa dépassé dans
 Franck Dubosc en papa dépassé dans…
 Franck Dubosc en papa dépassé dans "10 Jours Sans Maman"
play
0:00
0:00
volume-high 
« Je suis un papa un petit peu égoïste qui essaye de se soigner... »

Dans cette comédie familiale, Antoine, DRH d'une grande enseigne de bricolage, délaisse sa vie de famille au profit de son travail, alors qu’Isabelle sa femme se consacre entièrement à sa famille. Mais les rôles vont s’inverser quand Isabelle décide de faire une pause et prendre l’air quelques jours pour s’occuper d’elle :

« C’est un personnage carriériste qui ne s’est pas rendu compte qu’il avait des enfants qui sont en train de grandir. Tout ce qui lui arrive se passe au mauvais moment, il est en passe de se faire virer, la nounou est malade. »

Concilier vie d’artiste et vie de famille n’a pas été simple non plus pour Franck Dubosc : « Je vis un peu la même chose, cet égoïsme qu’a le personnage, je peux l’avoir dans la vraie vie. Ma vie est un mélange d’égoïsme et de culpabilité parce que je pars beaucoup pour mon travail (…) et quand je suis là avec mes enfants il y a des fois où je suis là physiquement mais pas assez mentalement. Je suis un papa un petit peu égoïste qui essaye de se soigner, d’être plus présent, qui se sent coupable de ne pas être assez là. Je suis un papa qui se dit je serai plus là demain, et pour l’instant ce n’est pas le cas, pas assez. Mais je vais essayer d’y travailler. »

« J’apprends toujours »

Franck Dubosc succède à Élie Semoun dans les studios du 1077. Ce dernier était notre invité il y a quelques jours à pour la sortie de Ducobu 3.

Et c’est l’occasion de se souvenir des Petites Annonces, dans lesquelles apparaissaient les deux comédiens il y a quelques années : « on se voit toujours avec Élie et il m’a même offert de faire ma première partie quand j’étais à la salle Pleyel (en janvier dernier ndlr). On se voit et on se dit qu’on est encore là. On a tous les deux 56 ans et on a tous les deux commencé à une vingtaine d’années, avec des temps de succès, et d’insuccès. »

Comme son compère Élie Semoun, Franck Dubosc est lui aussi passé derrière la caméra pour un premier film remarqué qui a attiré 2.5 millions de spectateurs « Tout le Monde Debout » et il travaille déjà sur le second :
« On est en préparation, on commence le 11 mai. C’est une comédie qui s’appelle « Rumba la Vie », sur le même ton que « Tout le Monde Debout », avec de l’émotion. C’est une actrice de 20 ans, Luna Espinoza, qui jouait dans Les Bracelets Rouges, qui fait ma fille dans le film. »

Dans « 10 Jours Sans Maman », Franck Dubosc n’est « que » comédien, mais le réalisateur qui est en lui observe : « Je suis au début, je ne me permettrais pas de donner de conseils, mais je regarde, j’apprends. J’apprends toujours. »

« J'aime les autoroutes, découvrir la France et regarder autour de moi... »

Dans « 10 Jours Sans Maman », Aure Atika décide de laisser Franck Dubosc seul pour s’occuper des enfants, et de partir en vacances. Transition toute trouvée pour évoquer avec le comédien ses souvenirs de vacances et de route :
« Ce sont mes plus beaux souvenirs. J’ai gardé tout ça en moi et j’adore descendre dans le sud quand on part en vacances. Ma famille prend l’avion et moi je prends la voiture, les valises, j’écoute le 107.7, j’aime m’arrêter dans les stations-services pour un café ou un sandwich. J’aime rouler parce que j’étais petit, on faisait des lits derrière, il n’y avait pas les ceintures de sécurité. On partait avec la caravane, on avait 12 heures de route, et mon père, avant de partir, écrivait le parcours, et on allait au même endroit tous les ans pendant des années. Tous les ans il réécrivait sa route, sa petite feuille, c’était son GPS manuel on va dire. On aimait ça le voyage, ce ne sont que des bons souvenirs. »

Franck Dubosc, on l’aura compris, aime conduire : « Je pourrais conduire des heures, je fais beaucoup de route. Pour les tournées, on fait beaucoup de kilomètres, c’est ça le plus fatigant quand on fait du spectacle. Mais j’aime ça, j'aime les autoroutes, découvrir la France et regarder autour de moi. »
 
Les plus consultés