Le site de Radio Atlandes Autoroute utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio Atlandes Autoroute
107.7 Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
    twitter   |   Atlandes Autoroute
home|play ECOUTER|france TRAFIC|podcast PODCASTS|musique RETROUVER UN TITRE|micro LA RADIO|commentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Invités | Bonnes Ondes | Laine Rebelle
Bonnes Ondes

Laine Rebelle

date 19/04/2019 - 01:35 | micro_reportage Virginie Decorte
Redonner ses lettres de noblesse à la laine, c'est l'objectif de l'association azuréenne « Laine Rebelle ». Gros plan de nos « Bonnes Ondes » cette semaine...
facebooktwittergoogleplus
illustration de Laine Rebelle
 Laine Rebelle
 Laine Rebelle
play
0:00
0:00
volume-high 
Depuis des années, la laine est détrônée dans la fabrication de textiles par les fibres synthétiques. L'association « Laine Rebelle » entend bien changer les choses et faire évoluer les mentalités. Recréer une filière de laine 100% azuréenne, c'est le défi que se sont lancé Valentine, Cassandre, Isabelle et Florence... Elles viennent d'horizons bien différents mais ont toutes le même objectif : valoriser la laine qu'elles produisent entre mer et montagne !

C'est au milieu de ses 450 brebis, à la Bergerie des Courmettes sur la Côte d'Azur, que Valentine Guérin revient sur la création du collectif Laine Rebelle : «  C'est parti d'une expérimentation d'éleveurs des Alpes-Maritimes, où nous avons testé la laine de nos brebis... Et elle est vraiment super pour faire du tricotage ! Nous avons pris le relais avec des amies, pour ne pas perdre ce savoir-faire ».
Chaque année, 25 tonnes de laine sont produites dans les Alpes-Maritimes et envoyées majoritairement en Chine, achetée à bas coûts (entre 45 et 80 centimes du kg pour les laines triées) et sans traçabilité, ce que déplore Valentine Guérin.

La fondatrice de « Laine Rebelle », lutte contre l'export de la laine française vers la Chine et souhaite « surtout valoriser une matière locale, une matière considérée par l'État comme un déchet, et la valoriser à un prix correct auprès des éleveurs ». Le collectif prévoit d'installer un atelier confection tricotage dans la région, de faire laver et filer la laine en France, pour pouvoir confectionner des vêtements.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés