Le site de Radio Atlandes Autoroute utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio Atlandes Autoroute
107.7 Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
    twitter   |   Atlandes Autoroute
home|play ECOUTER|france TRAFIC|podcast PODCASTS|musique RETROUVER UN TITRE|micro LA RADIO|commentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Culture | Marque Page | "L’île aux enfants" d’Ariane Bois
Marque Page

« L’île aux enfants » d’Ariane Bois

date 07/04/2019 - 19:35 | micro_reportage Francine Thomas
La romancière met en lumière un épisode sombre et méconnu de notre histoire contemporaine : l’enlèvement de 2000 enfants réunionnais entre 1963 et 1982.
facebooktwittergoogleplus
illustration de
© Yannick Coupannec 
 "L’île aux enfants" d’Ariane Bois
 "L’île aux enfants" d’Ariane Bois
play
0:00
0:00
volume-high 
Vous n’en avez peut-être jamais entendu parler ; c’est un fait historique souvent ignoré que ce roman relate. Pendant une vingtaine d’années, des enfants réunionnais ont été arrachés à leur famille, dans des circonstances très obscures, pour être adoptés, de façon tout à fait officielle, par des familles de métropole vivant dans des zones désertées, en Creuse notamment. La romancière Ariane Bois a rencontré une cinquantaine de ces enfants pour bâtir son roman où la douleur affleure à chaque page.

« Le lien s’est cassé avec leur île, ils n’appartenaient plus à La Réunion. Mais ils ont eu aussi beaucoup de mal à s’insérer dans une France encore raciste (…). Et puis le traumatisme est passé d’une génération à une autre. Mais il y a aussi beaucoup de résilience et de reconstruction chez ces gens-là » explique-t-elle.

En mettant en scène deux petites filles enlevées et séparées en France, soumises parfois à une violence insoutenable, Ariane Bois bouleverse ses lecteurs. « Ils (ndlr : ces enfants) n’ont plus aucun contact avec leur famille. Les lettres sont interceptées. Et, ils se retrouvent complètement isolés. Certains vont avoir la chance d’être dans des familles aimantes. Mais d’autres vont être mis au travail, devenant presque des esclaves des temps modernes. Les filles vont souvent être abusées sexuellement. C’est une histoire de mélasse et de malheur comme on dit à La Réunion. »

Il a fallu attendre 2014 pour que l’Assemblée Nationale reconnaisse que l’état a manqué à sa responsabilité morale dans ce dossier. Des lieux de mémoire sont aujourd’hui édifiés. Cet épisode va apparaître dans les manuels scolaires. Et des romans, comme ceux d’Ariane Bois participent à un nécessaire devoir de mémoire.
A voir aussi
play3 Le site officiel
 
Les plus consultés