Le site de Radio Atlandes Autoroute utilise des cookies pour réaliser des statistiques d’audience. En utilisant notre site, vous acceptez l’utilisation des cookies.
En savoir plus - Accepter

burger_menu
Radio Atlandes Autoroute
107.7 Radio Atlandes Autoroute
recherche_mini
    twitter   |   Atlandes Autoroute
home|play ECOUTER|france TRAFIC|podcast PODCASTS|musique RETROUVER UN TITRE|micro LA RADIO|commentaire CONTACT
 
Accueil | Podcasts | Invités | Sur la Route Avec | Ana Girardot, François Civil et Cédric Klapisch
Sur la Route Avec

Ana Girardot, François Civil et Cédric Klapisch

date 12/09/2019 - 19:48 | micro_reportage Chrystèle Mollon
3 invités sinon rien. Les deux comédiens et le réalisateur viennent nous parler du film « Deux Moi » qui sort le 11 septembre... Cédric Klaspisch met en scène avec la justesse et l'émotion qu'on lui connait 2 trentenaires Parisiens qui ne savent plus comment rompre leur solitude dans ce monde hyper connecté... ils sont les invités de Chrystèle Mollon...
facebooktwitter
illustration de Ana Girardot, François Civil et Cédric Klapisch
© Emmanuelle Jacobson-Roques 

« C'est génial d'avoir des films qui montrent qu'il existe aussi autre chose des rapports humains encore »

Le nouveau film de Cédric Klapisch « Deux Moi » sort cette semaine avec Ana Girardot et François Civil. Ils jouent deux trentenaires un peu dépressifs.

Ana Girardot : « Moi je pense que c'est extrêmement réaliste et je me vois, moi, même parfois passer une demi heure terrible à être sur les réseaux sociaux et d'avoir juste complètement oublié de regarder autour de moi et ça me fait extrêmement peur ».

François Civil ajoute : « C'est génial d'avoir des films qui montrent que il existe aussi autre chose. Des rapports humains encore... »

L'une des particularités des jeunes Parisiens qu'ils incarnent dans ce film, c'est de circuler rarement en voiture.

François Civil : « Je n'ai pas le permis. J'ai le permis moto que j'ai passé pour un film il y a quelques années donc je peux me la raconter un peu avec ça, mais sinon pour la voiture je ne l'ai pas. C'est la honte ! »

Ana Giradot : « Moi je l'avais passé pour un film parce que je pense que sinon je n'aurais pas eu le courage de le faire. Mais j'adore conduire. J'adore ça. Parfois j'ai un peu peur donc je mets 107.7. Je suis tombée en panne avec ma jolie Mercedes... C'est assez flippant et les patrouilleurs sont venus très vite nous aider. Et je voudrais les remercier. »
 Première partie
 Première partie
play
0:00
0:00
volume-high 

« On nous parle de nous, des gens qu'on rencontre et des petits moments de la vie... »

Les deux acteurs reviennent sur la particularité du cinéma de Cédric Klapisch.

Ana Giradot : « J'aime beaucoup dire que Cédric arrive à retranscrire ce que c'est qu'est le bordel organisé de la vie et c'est toujours une sorte de rébus de patchwork de morceaux de vie de personnages différents qui sont tous hauts en couleurs et qui font que le film est enrichissant parce qu'on nous parle de nous, des gens qu'on rencontre et des petits moments de la vie ».

François Civil : "Un truc qui le caractérise, c'est un sens de l'observation inégalé. De tout comme disais Ana. Des petites choses de la vie et en même temps de notre époque.
C'est aussi beaucoup plus global. Toujours un discours sur ce qu'il pense du monde actuel et aussi une grande justesse dans la manière de le retranscrire.
Et quand j'ai travaillé avec lui pour la première fois, j'ai vu à quel point il y avait un truc d'évidence. En tout cas pour moi d'appartenir à son cinéma. Donc j'étais ultra ultra content et voilà. Du coup c'est des rencontres importantes."

Les deux artistes évoquent aussi leurs projets.

François Civil : « Je suis en train de tourner un film de Cédric Jimenez à Marseille qui s'appelle Bac Nord avec Gilles Lellouche. »

Ana Girardot : « Et moi, je vais commencer Le prochain film de Quentin Reynaud, avec Alex Lutz et Kristin Scott Thomas. J'ai très envie de jouer au théâtre, de faire de la comédie aussi. Donc Il y a des projets. »
 Deuxième partie
 Deuxième partie
play
0:00
0:00
volume-high 

« On pense être très relié, très connecté comme on dit aujourd'hui et où on est très distant »

On avait déjà adoré Le Péril Jeune (1994) et l'Auberge Espagnole (2002) de Cédric Klapisch. Ce sont les acteurs qui l'inspire.

« C'est vrai que de plus en plus, là c'est mon troisième long métrage, j'aime bien quand j'écris un scénario, savoir avec quel acteur je vais travailler parce que ça fait évoluer le personnage. J'écrirai pas de la même façon pour Romain Duris ou pour François Civil. Donc le fait de connaître l'acteur me dirige. En tout cas dans les dialogues ou dans la psychologie du personnage. »

La ville inspire, le monde hyper connecté dans lequel on est et qui finalement nous sépare parfois plus qu'il nous rassemble ou nous relie.

"C'était vraiment un des moteurs du film. De parler de cette espèce d'étrange paradoxe où on pense être très relié très connecté comme on dit aujourd'hui et où on est très distant. Cette hyper connexion nous fait croire que ça marche et en fait nous distancie des gens et du monde autour de nous.
Donc on a l'impression que parce qu'il y a tweeter parce que Instagram parce que Tinder, on a accès à plein de choses et en fait c'est un accès virtualisé. Donc c'est un faux accès. On a une sorte de notion du fait que cette virtualité est un peu abstraite et éloignée mais on n'en a pas complètement conscience..."

Le réalisateur évoque aussi ses projets : « J'ai un projet de série et un projet de long métrage mais c'est vraiment en gestation. »

 Troisième partie
 Troisième partie
play
0:00
0:00
volume-high 

Voir la Bande Annonce du film

 
Les plus consultés